Articles

Myrtille Mousson et Charlotte Wannebroucq se lancent aujourd’hui pour partager leur passion du bijou.


Myrtille & Charlotte© Myrtille & Charlotte / Laurence Laborie

Ce sont deux femmes engagées aux parcours complémentaires, réunies autour de la défense du savoir-faire joaillier et mues par l’esprit d’entreprise.

Myrtille Mousson est gemmologue et experte en communication événementielle.

Myrtille Mousson
© Myrtille & Charlotte / Laurence Laborie

Après des débuts dans la publicité et la production TV, Myrtille découvre le monde des gemmes, commercialise ses propres créations et rencontre de nombreux jeunes talents qu’elle décide de mettre dans la lumière.
C’est ainsi que nait en 2014 un premier salon d’exposition-vente d’artisans bijoutiers dans un lieu d’exception à Saint Germain-des-Prés. Il s’imposera au fil des éditions comme un rendez-vous parisien incontournable avant que Myrtille ne décide de le suspendre pour se consacrer à sa vie de famille. Quelques années plus tard, ce sont ses échanges avec Charlotte qui la convainquent de relancer et d’enrichir son concept.

Charlotte Wannebroucq est gemmologue de formation et experte en bijoux anciens.

Charlotte Wannebroucq
© Myrtille & Charlotte / Laurence Laborie

Elle a longtemps travaillé pour l’un des acteurs reconnus de l’expertise et la vente de pièces anciennes dans la mouvance de la Place Vendôme.
En 2014, Charlotte monte sa propre société Patrimoine Joaillerie, dédiée à l’expertise et l’achat-vente de bijoux. Sur cette lancée, elle crée son blog, Esprit Joaillerie, consacré à la défense du patrimoine joaillier et de la création. Esprit Joaillerie c’est 85 000 abonnés en France et à l’international et 600 000 comptes touchés. En parallèle, Charlotte continue de collaborer en tant qu’experte avec des maisons de vente aux enchères.
Enfin, elle est intervenue lors de conférences à l’École des Arts Joailliers de Paris ou au
Musée des Augustins de Toulouse. Toujours la même année, Charlotte fait la connaissance de Myrtille lors d’une interview sur le salon Mes Créateurs Joailliers que cette dernière vient de lancer.
C’est le début d’une complicité professionnelle et amicale et les prémices d’un projet entrepreneurial qui se concrétise aujourd’hui.

Voici leurs projets à venir.
Le printemps 2021 verra le lancement de la market place
Myrtille & Charlotte, une plateforme de vente en ligne dédiée aux bijoux de créateurs et anciens mais aussi conseils et expertise en matière de bijoux par nos deux expertes.

A l’automne 2021 ce sera le lancement d’un salon consacré aux bijoux anciens et contemporains.

Et en 2022, ce sera l’univers des montres qui sera mis en avant avec le lancement d’un salon qui leur sera dédiées.

A suivre !

Myrtille & Charlotte 

contact@myrtillecharlotte.com

Initialement prévue en avril, le musée de minéralogie MINES ParisTech devait nous proposer un nouveau regard sur les minéraux, à travers les liens qu’ont les minéraux avec la santé.
L’exposition passionnante est évidement reportée pour des jours plus cléments. La santé est au coeur de notre actualité.
Esprit Joaillerie a voulu vous faire partager ce projet très intéressant.

Vue du Musée de Minéralogie Mines ParisTech
© Musée de Minéralogie MINES ParisTech / Eloïse Gaillou

Ce projet a été réalisé par des étudiants de quatre écoles de l’Université PSL (MINES ParisTech, Ecole normale supérieure, Ecole nationale des chartes et Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs).

 Il s’agit d’un spectre plus large que la lithothérapie, le soin par les pierres, le lien est plus riche.
On retrouve les minéraux depuis longtemps sur des talismans, nourris par une pensée magico-religieuse. Cet ésotérisme ancien est connu par des écrits appelés « lapidaires »qui sont consacrés aux pierres. Ces textes anciens rassemblent aussi bien des savoirs médicaux que des savoirs magiques parfois concurrents. Pline l’Ancien rapportera avec scepticisme la capacité de l’améthyste à préserver de l’ivresse.

Voyageurs repoussants des bêtes sauvages à l’aide de diamants.
Enluminure du livre des Merveilles de Jean de Mandeville. XIVe siècle
© Paris, BnF, Français 2810.

Les médecines anciennes ont souvent fait appel à une majorité de substances d’origines végétales et de matières minérales.

« Traité universel des drogues simples » Paris 1714. Cet ouvrage est un exemple de pharmacopée trés diffusé au XVIIIe siècle. L’auteur, s’attache à décrire les matières premières d’usage médical provenant des trois règnes (végétal, minéral et animal). Si les végétaux forment la majorité des remèdes, une trentaine de substances minérales sont aussi présentes dans l’ouvrage.
© Musée de Minéralogie MINES ParisTech / Eloïse Gaillou

La plupart sont des minéraux composés d’un seul élément chimique, comme par exemple le mercure (Hg). Appelé vif-argent, ancêtre du mercurochrome, on lui a prêté de nombreuses propriétés curatives.
Très étudié par les alchimistes et la médecine, il s’est révélé être un neurotoxique.

Mercure natif
Espagne
© Mines ParisTech / Jean-Michel Le Cleac’H

Les minéraux entrent également dans la fabrication de produits de beauté qui ont été utilisés pendant des siècles.
C’est le cas par exemple du khôl égyptien, on notera qu’outre ses emplois cosmétiques et thérapeutiques (il est utilisé pour soigner les infections oculaires), il conjure également le mauvais sort.

Egyptienne maquillée de Khôl
© Musée du Louvre / Wikipédia

Les minéraux sont employés la plupart du temps sans considération de leur possible toxicité. Comme pour le khôl égyptien qui a l’époque antique était composé de galène (sulfure de plomb) ou de stibine (sulfure d’antimoine).

Le développement des sciences toxicologiques et pharmacologiques des derniers siècles accompagne la naissance des principes de santé publique. Les substances d’origine minérale, qu’elles soient pharmaceutiques ou non, font l’objet de méthodes standardisées et reproductibles d’évaluation de leur toxicité.

Toujours présent dans l’industrie pharmaceutique moderne les minéraux aident les hommes, comme ces exemples du « Smecta », de la « Téralithe » ou du Bicarbonate de sodium.

Le Smecta est composé de smectite, c’est un minéral argileux couramment rencontré dans les sols, efficace comme antidiarrhétique, sa structure en feuillet lui permet d’absorber le surplus de liquide.

Echantillon de Smectite
© Ejcw / Mines ParisTech

Echantillon de Smecta
© Ejcw / Mines ParisTech

C’est le carbonate de lithium qui entre dans la composition de la Téralithe, issu de la lépiodolite, il a une action sur les troubles bipolaires.

Médicament Téralithe & Echantillon de Lépidolite.
© Ejcw / Mines ParisTech

Quand au célèbre Bicarbonate de sodium (ou Bicarbonate de soude) c’est le « natron », un sel formé par évaporation de lacs salés riches en sels de sodium, le bicarbonate de sodium qui les compose.

Bicarbonate de Sodium
© Ejcw / Mines ParisTech

Echantillon de Natron
© Ejcw / Mines ParisTech

Réelle panacée, il est connu depuis l’Antiquité, les égyptiens s’en servait déjà comme savon, de nos jours on peut le retrouve pour la santé, la cuisine, les cosmétiques…

Enfin, certains minéraux ont des propriétés remarquables, ils sont biocompatibles. C’est le cas du phosphate de calcium qui est un peu comme un « ciment » pour les os. Les tissus osseux sont composés en majorité d’apatite et d’hydroxyapatite, du phosphate de calcium (CaP).

Apatites, Phosphate de Calcium.
Minéral d’importance pour les prothèses osseuses, l’hydroxyapatite constitue également nos dents.
© Musée de Minéralogie MINES ParisTech / Eloïse Gaillou

Le principe est celui de l’ostéo-intégration. Ce phosphate de calcium, une fois dissous dans les fluides corporels, se lie chimiquement au tissu osseux avec lequel il est en contact. Il forme des cristaux par précipitation à la surface de l’os et y crée une interface stable avec le matériau bio actif. On assiste à une « cicatrisation » des os. Ces phosphates de calcium sont également utilisés comme matériaux de comblement ou de recouvrement (implants dentaire et prothèses).

Les minéraux sont esthétiques par leurs formes et leurs couleurs, comme on a pu le voir ils sont également très utiles.
Ils nous réservent encore des surprises.

Mes félicitations pour la réalisation de cette étude Minéraux & Santé à Alice Besson-Léaud, Lisa Lafontaine (École nationale des chartes), Quentin Bollaert (École normale supérieure), Alexandre Couturier (École nationale des chartes), Constance de Lagaye de Lanteuil (École nationale supérieure des Artes Décoratifs), Hugo Lestrelin (École normale supérieure), Clément Loiseau (MINES ParisTech) et Tristan Malleville (MINES ParisTech).

Mes remerciements à Eloïse Gaillou

Musée de Minéralogie MINES ParisTech
musee.mines-paristech.fr

Save the date, à partir du 16 septembre prochain, le Muséum national d’Histoire naturelle propose une exposition temporaire d’envergure.

C’est en collaboration avec Van Cleef & Arpels, au sein de
la Grande Galerie de l’Evolution que l’exposition « Pierres Précieuses » proposera une immersion dans l’univers de la minéralogie,
la gemmologie et de la joaillerie.

Clip Fuchsia, 1968.
Platine, Or Jaune, Serti Mystérieux Rubis, Diamants.
Collection Van Cleef & Arpels

Minéraux, gemmes, objets d’art du Muséum national d’Histoire naturelle et créations joaillières de la Maison Van Cleef & Arpels seront présentés pour notre plus grand plaisir.

Topaze Bleue Gemme
Oural, Russie
© MNHN / F. Farges

Pierres Précieuses
Du 16 septembre 2020 au 14 juin 2021

Pierre Précieuses
Museum d’Histoire Naturelle
Grande Galerie de l’Evolution
36, rue Geoffroy Saint-Hilaire, Paris 5e

En ce début d’année, L’École des Arts Joailliers, première école d’initiation pour le grand public, propose de nouveaux cours pour notre plus grand plaisir.

© L’École des Arts Joailliers
« Un tour du monde du bijou »
Photo Benjamin Chelly

Née grâce au soutien de la Maison Van Cleef & Arpels, L’Ecole des Arts Joailliers propose déjà une vingtaine de cours selon trois grands thèmes :  le monde des pierres, le savoir-faire et l’histoire de l’art du bijou.

S’y ajoutent, cette année, Le rubis, pierre ardente et envoûtante, L’art lapidaire et Un tour du monde du bijou.

A cette occasion, Esprit Joaillerie a découvert un art joaillier, celui des lapidaires.

Esprit Joaillerie en compagnie des professeurs Sebastien Hourrègue et Dominique Dufermont.
© Ejcw

Vous pourrez découvrir l’histoire de la taille et les principaux gestes du lapidaire. Ce cours est animé par un lapidaire et un gemmologue.

© L’École des Arts Joailliers,
« L’Art lapidaire »
Photo Benjamin Chelly

Voici le contenu du premier des deux cours de l’art lapidaire :
vous découvrirez l’histoire, la géographie, le vocabulaire et les outils de la taille des pierres de couleur. Vous comprendrez aussi comment le lapidaire observe une pierre brute pour décider de la meilleure façon de la tailler, afin d’en tirer la plus belle couleur tout en conservant le poids le plus important.

Iolite brute, analyse de la couleur avant la taille.
© Ejcw

Enfin, vous procéderez aux premières étapes de la taille : vous utiliserez pour cela la facetteuse et vous vous exercerez aux gestes du lapidaire.

À l’issue du cours, vous repartirez avec votre pierre pré-formée ou «ébrutée ».

Facettage et Polissage
© Ejcw

Alors qui mieux que l’Ecole des Arts Joailliers peut nous faire connaître un univers secret et toujours fascinant.

L’Ecole des Arts Joailliers
31 rue Danielle Casanova 75001 Paris

lecolevancleefarpels.com

Pour cette deuxième édition de l’année 2019, le salon BIJORHCA PARIS a présenté toujours plus de nouveautés. Entre dynamisme et découvertes, l’accent a été mis sur le savoir-faire grâce aux ateliers découvertes.

Esprit Joaillerie a partagé l’amour du savoir-faire  sur le salon BIJORHCA PARIS avec de  talentueux acteurs du monde de la joaillerie.

La maison Piat, c’est l’art du lapidaire, une passion que cette maison transmet depuis le début du XXème siècle. Spécialisé dans la recherche et la taille de gemmes d’exceptions, elle améliore sans cesse la taille, le facettage pour révéler l’éclat des plus belles pierres.

Piat
© Ejcw

Piat
© Ejcw

Formé à l’Ecole Boulle, Thomas Brac de la Perrière présente également un savoir-faire qui est celui de la gravure main.

Thomas Brac de La Perrière

« La gravure s’apparente ici à de la micro-sculpture.
Le graveur vient donner de la profondeur et du relief au dessin. Chaque coup d’outil est important, aussi chaque outil a son importance ».

Thomas Brac de La Perrière

Un dernier regard sur cette édition 2019 avec trois fleurs qui représentent chacune un savoir-faire, une sensibilité différente.

Nazuna
© Ejcw

Porchet
© Ejcw

Debora Ioschpe Jewelry
© Ejcw

L’année prochaine réservera, j’en suis certaine, de très beaux moments de découvertes.


Alors « Save the date », en 2020 Bijorhca Paris fêtera ses 150 ans !

BIJORHCA
The international Jewellery Show

17 au 20 janvier 2020

Bijorhca.com