Flotter dans les airs, qui n’en a pas rêvé ?
Esprit Joaillerie vous entraine dans le monde poétique des gemmes pour y découvrir un univers proche du cosmos, silencieux et lumineux.

Plaquettes orientées d’hématite et d’ilménite dans une Pierre de Soleil.
© Marine Bouvier

Dans un espace confiné, qui pourrait paraitre insignifiant, des signes miroitants dispersent des lueurs et des formes géométriques à ceux qui prennent le temps de les regarder.

Cristaux octaédriques de chromite entourés de cernes de tension dans un Péridot. Cette inclusion est généralement connue sous le nom de « feuille de nénuphar » (ou Lily pad).
© Marine Bouvier / AGAT

Equipé d’une loupe ou d’un microscope nous pouvons alors nous évader, nous émerveiller de la beauté des gemmes.
Esprit Joaillerie a proposé à Marine Bouvier, professeur de gemmologie à l’AGAT, de nous guider dans cet univers fantastique en partageant ses superbes photos d’inclusions.

Inclusions de fibres de chrysotile, également appelées « queue-de-cheval », dans un Grenat Démantoïde de l’Oural (Russie).
© Marine Bouvier

Aiguilles de rutile en forme de triangle, observées dans un Rubis Birman provenant de la célèbre localité de Mogok.
© Marine Bouvier / AGAT

Quartz à inclusions de hollandite provenant d’Antsirabé (Madagascar).
© Marine Bouvier

Incroyable « clou de phénacite » dans une Émeraude synthétique hydrothermale.
© Marine Bouvier / AGAT

Inclusions de goethite en forme de « balai » dans une Améthyste à inclusions
© Marine Bouvier

Aiguilles de rutile et givre dans un Grenat Rhodolite.
© Marine Bouvier / AGAT

Superbe inclusion multiphasée contenant du pétrole (liquide jaune), de l’hydrocarbure (petit cristal noir) et du méthane (bulle de gaz), dans un Quartz du Pakistan
© Marine Bouvier / AGAT

Face naturelle d’un cristal brut de Grenat Spessartite provenant de la mine de Navogador (Minas Gerais, Brésil)
© Marine Bouvier / AGAT

Merci Marine Bouvier pour ce voyage fascinant au coeur des gemmes.

Ecole de Gemmologie AGAT
(Académie de Gemmologie Appliquée et Technique) basée à Nice.
agat_nice

Marine Bouvier, responsable du Département Gemmologie de l’AGAT & photomicrographe

marine_bouvier_gemmartistic

Esprit Joaillerie partage la passion des perles fines
d’Olivier Segura, Directeur du Laboratoire Français de Gemmologie.

Qu’est ce qu’une perle fine ?

C’est une perle qui est née toute seule dans un mollusque sans intervention de l’homme.

Paire de Boucles d’Oreilles JAR Vers 2012
Perles Fines, Diamants, Or
© Ejcw

Comment nait la perle fine ?

La perle nait non pas d’un grain de sable mais d’une cellule qui produit de la coquille à l’intérieur du manteau. Cette cellule de coquillage continue à se developper et forme un sac, ce qui est extrêmement rare. Ces cellules fabriquent du carbonate de calcium, donc sécrètent de la coquille, sauf que dans ce cas là, la coquille est à l’intérieur de l’animal, donc c’est une perle fine. Ces cas sont extrêmement rares, c’est pour cela que la perle fine est rare. Ces perles vont grandir tout autant que l’animal va vivre et que le sac perlier ne va pas s’abimer. La vie d’une huitre dure selon les espèces 10, 20, 30 ans. Donc, si la perle nait assez rapidement dans l’animal, on peut trouver des perles exceptionnelles de 15 mm à 20 mm. Les perles poussent d’environ 1 mm par an, en fonction de la température de l’eau et la salinité.

Collier Cartier.
Perles Fines, Diamants, Platine.
© Ejcw

Qu’est ce qui donne la qualité de la matière ?

La qualité va dépendre de la température de l’eau, du milieu nutritif et de l’espèces. Ce que l’on connait le mieux et qui est très apprécié aujourd’hui, ce sont les perles du Golf Persique, du détroit de Mannar. C’est l’espèce pinctada radiata qui produit des perles blanches, blanc nacrées, légèrement grisées parfois légèrement orangées selon les sous espèces.
C’est la qualité de nacre la plus belle.
Ce sont ces perles qui ont orné les Maharadjas.

© Ejcw

Collier Spinelles, Perles Fines.
Inde du Nord
Vers 1600-1650.
© The Al Thani Collection 2013 / Prudence Cuming.

The Al Thani Collection © Servette Overseas Limited 2014

La perle fine se crée dans des conditions très particulières, on ne sait pas vraiment exactement pourquoi mais la théorie du virus ou bactérie est la plus plausible. En 1900, des études avaient été réalisées pour déterminer de quelle façon se créé une perle. Plusieurs perles ont été découpées pour trouver un grain de sable.
Mais il n’y a jamais eu de sable dans les perles fines !
La perle garde donc sont coté mystérieux puisque, à l’heure actuelle, on ne sait toujours pas précisément comment et pourquoi se crée une perle fine.

Boucles d’Oreilles.
Perles Fines, Diamants, Platine.
Exposition « Through The Eyes Of A Connoisseur » L’Ecole Van Cleef & Arpels School Of Jewelry Art Dubai 2017
© Ejcw

La perle fine, est-elle vraiment rare ?

Elle est rare car elle n’est plus recueilli. Donc on vit sur un stock fini qui diminue. Les Maharadjas ne s’y étaient pas trompés, les joailliers ont aussi compris que ce jeu de lumière des perles fines est unique. C’est une matière exceptionnelle qui a des propriétés mécaniques extraordinaires.

Colliers Perles Fines
Haute Joaillerie Millon
© Ejcw

Les perles fines sont elles toutes rondes ?

Formes baroques sans axe de symétrie, boutons, poires… toutes les formes sont possibles. On peut même accentuer une forme naturelle en la pelant ou en la travaillant.

Broche d’épaule de l’impératrice Eugénie. Perles Fines, Diamants. François Kramer/J&P Bapst et Fils. 1853.
© Musée du Louvre

Toutes les couleurs sont elles possibles, comme dans les perles de culture ?

De gold à noir, blanc… comme les perles de cultures puisque la culture utilise les mêmes espèces. Le collier Cowdray enfilé par Cartier est un collier magnifique de perles noires fines.


The Cowdray Pearls.
Composed of a single row of thirty-eight graduated natural grey pearls, measuring 11.4-6.8mm, to the rectangular mixed-cut diamond clasp.
© Christie’s

Comment le LFG procede t il pour distinguer la perle fine de la perle de culture ?

Le seul moyen est d’aller voir la structure interne, d’entrer dans la perle.. Est que ce c’est une naissance induite par l’homme, avec un noyau ou un greffon (sans noyau)?
Ou bien une perle nait exnihilo d’un virus ?
Seule la radiographie nous permet d’accéder à son secret en visualisant la structure interne de la perle.

Boucles d’Oreilles. Bhagat
Diamants, Perles Fines, Platine
2012
The Al Thani Collection © Servette Overseas Limited 2014

Y a t’il différentes catégories de perles fines?

C’est le sujet de ma thèse sur la perle fine. Je souhaite cataloguer et décrire les structures des perles fines.
Il y a 3 grands types de structure de perles fines :
Celle à coeur protéique, matière organique protéine, elle donne les blue pearl les « blue core  » (coeur bleu) elles sont irisées d’un gris bleuté et sont en général petite car ce coeur bleu a rapidement été calcifié donc le coeur bleu est très petit 3 à 4 mm.
La structure concentrique « en peau d’oignon ».
Et la dernière catégorie qui a une structure fibroradiée à coeur calcitique. C’est une forme particulière du carbonate de calcium qui se developpe en calcite et la perle va ensuite croitre sous forme aragonite. L’aragonite est la nacre habituelle mais dans cette structure, l’organisation est différente jouant différemment avec la lumière comme un soleil. Ce sont des perles qui auront des couleurs beaucoup plus riches.

David Morris
Perles Fines, Diamants, Diamants Roses, Or Rose, Platine.
© Ejcw

Existe t-il des traitements de perles fines ?

Oui bien sur. La teinture, par exemple, car avant les perles de cultures, les perles noires étaient très recherchées donc certaines perles fines étaient teintées en noir. Les perles fines noires naturelles sont toujours très prisées car encore plus rares.
Il y a aussi de simples imitations comme les billes de verre…

Broche Perle Fine Diamant.
© Sotheby’s

Qu’aimez vous dans la perle fine ?

C’est une matière très belle, douce et délicate. Avec des jeux de couleurs incroyables, si différente de la perle de culture. La partie bio-minéralisation est également passionnante, créer des minéraux à partir du vivant, c’est extrêmement complexe et la recherche n’a pas totalement expliqué ce processus.
Elle n’a pas pas encore livrées tous ses secrets.

Collier Van Cleef & Arpels
Diamants, Perles Fines, Platine.
1930
© Ejcw

Merci pour ce moment passionnant à la découverte des perles fines.

Laboratoire Français de Gemmologie
30 rue Notre Dame des Victoires 75002 Paris
www.laboratoire-francais-gemmologie.fr

Esprit Joaillerie s’est intéressé à une pierre volcanique, l’obsidienne.

Bloc d’Obsidienne d’Arménie.

Cette matière en fusion qui nait du feu de la terre pour se répendre sur la nature ne peut laisser indifférent.

Kilauea coulée dans la mer.
© Terre et Volcans

© acda

Issue d’une lave riche en silice, l’obsidienne ne se cristallise pas car le mécanisme de cristallisation est comme suspendu par la différence de température. Il en résulte une pierre brillante et tranchante, un verre volcanique.


Sa couleur d’un beau noir velours peut parfois au gré de sa composition prendre des teintes comme le marron, le vert, plus rarement bleu, rouge et même jaune.

Dès l’âge de pierre, l’obsidienne est très employée, comme le silex, elle peut être tranchante et en l’absence de matériaux métallique, cette pierre était d’une grande importance
(particulièrement pour la chasse et l’agriculture).

Détail Obsidienne d’Arménie

Utilisée par les civilisations précolombiennes, elle servait d’outils mais également d’objet décoratif comme des miroirs.
Energie de la terre pour les mayas, l’usage en était plus sophistiqué, cette pierre sacrée était utilisée pour la fabrication de couteau sacrificiel.

© ejcw

© ejcw

Au moyen-âge, les traditions médiévales prêtaient à l’obsidienne des pouvoirs thérapeutiques et surnaturels, ainsi les boules d’obsidienne pouvaient prédire l’avenir.

© ejcw

De nos jours l’obsidienne séduit toujours l’homme, car ce verre naturel est une source de créations.

© ejcw

C’est ce lien entre l’obsidienne et l’homme que perpétue
Michel der Agobian au travers de Cub-ar. Il propose des objets précieux en obsidienne du Mont Ararat réalisés par plusieurs créateurs.

Cub-ar
Coupelle »Aïda » Obsidienne
Michel der Agobian
© Cub-ar

Cub-ar
Bouton de Meuble « Facettée »Obsidienne
Christian Ghion
© Cub-ar

Cub-ar
Toupie « Tourbillon » Obsidienne, Argent
Roland Daraspe
© Cub-ar

Pour Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, designer, l’obsidienne a une dimension très contemporaine. En 2010, il est le directeur artistique de l’exposition Un regard d’Obsidienne, qui rassemble 12 créateurs autour de lui pour réaliser des pièces d’exceptions.

Nearly Perfect Chaos
Sculpture
Obsidienne, Laiton
© Studio JBSB

Cette matière sombre continue d’inspirer Jean-Baptiste pour proposer des objets fait entièrement à base d’obsidienne comme ces vases, ce verre ou encore cette suspension.

Jean-Baptiste Sibertin-Blanc
Vase Collection Bambou
Obsidienne
© Studio JBSB

Jean-Baptiste Sibertin-Blanc
Vase Collection Bambou
Obsidienne
© Studio JBSB

« Bambou »
Verre à Saké en Obsidienne
© Studio JBSB

Jean-Baptiste Sibertin-Blanc
Suspension
Obsidienne, Laiton.
© Studio JBSB

Le joaillier Thierry Vendome utilise l’obsidienne pour créer des bijoux uniques. Il aime l’obsidienne pour la richesse des formes qu’elle inspire. Car « sa fluidité prend l’empreinte de la nature qui l’entoure ».
Chacune de ses créations est réalisée en scrutant ses motifs, ses aspérités, ou encore son éclat.

Thierry Vendome
Broche Osidienne, Rubis, Corail, Or Noir.
© ejcw

Collier Cravate Obsidienne Thierry Vendome

Collier Thierry Vendome
Obsidienne, Opale, Diamants, Or Blanc.
© ejcw

Pendentif Thierry Vendome
Obsidienne, Rubis, Or

Bague / Pendentif Naïra.
Obsidienne, Quartz à dendrites, Diamants, Or Blanc.

L’obsidienne a la force de la nature, celle qui inspire l’esprit créatif.
Cette pierre vous fera peut être regarder autrement la lave des volcans.

Thierry Vendome
http://www.thierryvendome.com

Studio JBSB
http://www.jbsb.eu

Société Cub-Ar
http://cub-ar.com/fr/cub-ar

Mes remerciements à Terre et Volcans
http://terreetvolcans.free.fr

Pour Amaury.

On entend beaucoup de choses au sujet des diamants synthétiques, sur leur provenance, leurs poids de plus en plus importants et même jusqu’à leur authenticité. Esprit Joaillerie a souhaité redonner encore plus d’éclat au diamant (naturel) en interrogeant Olivier Segura, le directeur du
Laboratoire Français de Gemmologie.

DTS LFGEsprit Joaillerie Charlotte Wannebroucq et Olivier Segura

Qu’est ce qu’un diamant synthétique ?

Le diamant synthétique a les mêmes propriétés physiques, chimiques et optiques que le diamant naturel. En revanche si l’éclat est le même ce n’est pas exactement la même chose. Nous sommes capables au laboratoire de faire la différence, c’est donc bien que ce n’est pas la même chose ! Le réseau cristallin n’est pas exactement constitué de la même manière par l’homme et par la nature. Le diamant (naturel), fait il y a des millions d’années, a de plus subit des modifications géologiques et historiques importantes, qui vont rendre uniques chaque pierre. A la différence des diamants synthétiques qui sont tous identiques et fabriqués industriellement en série, comme des boulons !

© ejcw

© ejcw Diamants

Que pensez-vous du diamant synthétique ?

 Le diamant synthétique a certainement sa place dans la bijouterie fantaisie, mais le prix doit rester cohérent. Il ne faut pas confondre la valeur et le prix !
Le diamant synthétique n’a pas de valeur et son prix ne doit pas être indexé sur celui du diamant. Comment imaginer qu’un diamant naturel qui porte l’histoire de la terre, l’histoire géologique, puisse avoir la même valeur qu’un synthétique, qui lui n’a que quelques heures de fabrication. Un exemple, si vous considérez un oeuf de dinosaure, c’est incroyable, c’est une pièce d’histoire qui a des milliers d’années. Et bien notre diamant (naturel), il a des millions d’années, il a existé avant le dinosaure. C’est une matière réellement extraordinaire, je  crois que sur terre il n’y a rien d’aussi ancien. Ce diamant vient de l’endroit le plus profond de la terre, alors cette pierre naturelle procure forcément beaucoup d’émotion.
Ce n’est pas que du carbone cristallisé !

© ejcw

© ejcw Diamants

Quel est le positionnement du laboratoire ?

Le LFG ne grade pas les diamants synthétiques, il n’y aura donc pas de rapport provenant de notre laboratoire indiquant la couleur ou la pureté d’un diamant synthétique. Car nous pensons que la gradation des 4C est un système qui a été mis en place sur la base de critères naturels (inclusions, couleur…) et qu’il ne peut donc pas s’appliquer aux synthèses (comme par exemple il ne viendrait à personne l’idée de parler de « sang de pigeon » pour un rubis Verneuil). Toutefois, on délivre bien entendu un rapport de matière synthétique, qui explique qu’il s’agit d’un diamant synthétique, mais la masse n’est pas en carat.

© ejcw

© ejcw Diamants

Y-a-t-il plus de diamants de couleurs synthétiques ?

Le diamant synthétique de couleur est plus facile à fabriquer, particulièrement le jaune. Les diamants synthétiques incolores sont dans  la majorité des cas traités pour améliorer leur couleur, car ils ont une légère teinte brunâtre lorsqu’ils sortent des presses. La technique n’est pas encore optimum pour fabriquer des diamants parfaitement incolores, donc ils subissent un traitement supplémentaire.

© ejcw

© ejcw Diamants

Un conseil aux gemmologues ?

Un « gemmologue prudent et aguerri » peut arriver à reconnaitre un diamant synthétique d’ancienne génération. Un polariscope peut montrer la déformation du réseau cristallin, idem pour l’utilisation des UV qui peuvent séparer les Types IIA. Pour l’instant les diamants synthétiques ne sont que du Type IIA, cette caractéristique est très rare à l’état naturel. Donc prudence.

DTS LFGEsprit Joaillerie Charlotte Wannebroucq et Olivier Segura

Que peut-on dire du marché français ?

Nous pouvons être rassurés par le marché français, les contrôles sont stricts. Le métier est rigoureux, professionnel car la traçabilité est fondamentale à tous les niveaux de la chaine de fabrication. Les diamantaires sont responsables, c’est leur crédibilité. Le laboratoire garantit une analyse des diamants fiable à 100%.
Il nous arrive de trouver des diamants synthétiques mais c’est rare, ce qui prouve bien que notre marché français est sérieux, responsable.
Mais ce n’est pas la même chose sur les autres marchés, où il faut être extrêmement vigilant.

© ejcw

© ejcw Diamants

Merci Olivier pour cette mise au point sur ce sujet d’actualité.

Laboratoire Français de Gemmologie

AFG

L’Association Française de Gemmologie nous ouvre son site !

L’A.F.G, créée par Daniel Piat en 1961, rassemble tous les amoureux de belles pierres.

Gemmologues, experts, négociants et amateurs vont pouvoir se faire plaisir…

Le site propose une sélection de livres de gemmologie comme l’incontournable « Gemmes », mais également des ouvrages plus accessible sur l’histoire des joailliers ou encore sur les expositions.

crédit AFG

crédit AFG

La « galerie », faite de belles photos de gemmes, révélera des interviews de passionnés de pierres.
Cette rubrique sera actualisée régulièrement en lien avec facebook.
A vous de découvrir quelle personnalité se cache derrière les pierres, alors à suivre…

Crédit JC Frediani

Crédit JC Frediani

Crédit AFG

Crédit AFG

Crédit LFG

Crédit LFG

L’A.F.G. propose régulièrement des activités passionnantes comme « gemmes sous la loupe »(séance de 2h d’identification de pierres ou imitations), des conférences animées par des personnalités de la gemmologie, des expositions et voyages au coeur des mines…

Crédit AFG

Crédit AFG

Allez découvrir les surprises de ce site !

www.afgems-paris.com

AFG
7 rue Cadet 75009 Paris
+33 (0)1 42 46 78 46