Laisser une trace, c’est « l’Empreinte » de Marianne Anselin, créatrice de bijoux qui expose actuellement à la Galerie Elsa Vanier.

Sautoir "Virevolter" Fer patiné, Argent

Sautoir « Virevolter »
Fer patiné, Argent

Pour Marianne, le geste est plus précieux que la matière. Elle mêle l’or ou l’argent au fer. Ce qui lui importe, c’est de saisir la nature, son environnement, son empreinte.

Bague Or, Fer, Émeraudes

Bague Or, Fer, Émeraudes

Ainsi les feuilles des arbres sont moulées, pour nous offrir un herbier contrasté entre la feuille si légère et le métal plus dense.

Bagues "Virevolter" Fer patiné, Or

Bagues « Virevolter »
Fer patiné, Or

Le résultat est étonnant de simplicité et de douceur. Le métal a des tons soyeux et le touché du velour. Les bagues, bracelets et colliers sont autant de cueillettes précieuses poétiques.

EMPREINTE DE MARIANNE ANSELIN

Alors, inspirez vous à la Galerie Elsa Vanier et venez rencontrer les créations de Marianne Anselin.

EMPREINTE DE MARIANNE ANSELIN

Exposition du 25 mai au 23 juillet 2016

Galerie Elsa Vanier
7 rue de l’Odéon 75006  Paris
www.elsa-vanier.fr

Le regard des peintres en 1900.

Deux portraits d’élégante parisienne que l’on peut retrouver au Petit Palais.

Charles Auguste Emile Durant

Charles Auguste Emile Durant

 

Charles Alexandre Giron

Charles Alexandre Giron

  L’exposition universelle de 1900 célèbre les progrès des arts, c’est le Paris de la belle époque, la capitale du chic parisien.

Rêvons au travers de ces portraits d’emblématiques Parisiennes. Elles ont peut être porté les bijoux de joailliers comme G Fouquet, R Lalique, H Vever,..

Le regard des peintres au XVII ème siècle et XVIII ème siècle.

Les perles de Cléopâtre vu par les peintres italiens.

 

Pompeo Girolamo Batoni

Pompeo Girolamo Batoni

Carlo Maratti

Carlo Maratti

Selon Pline » il y avait deux perles, les plus grosses qui eussent jamais existé, l’une et l’autre propriété de Cléopâtre, dernière reine d’Égypte; elle les avait héritées des rois de l’Orient.
Elle portait à ses oreilles des bijoux extraordinaires, un chef-d’œuvre de la nature vraiment unique. Alors qu’Antoine se demandait ce qu’elle allait faire, elle détacha l’une des perles, la plongea dans le liquide et lorsqu’elle fut dissoute, l’avala. »

Le regard des peintres sous le Ier Empire

Andrea Appiani 1754-1817

Andrea Appiani

Manufacture des Gobelins d'après François Gérard

Manufacture des Gobelins
d’après François Gérard

Jean-Baptiste Regnault

Jean-Baptiste Regnault

Le regard des peintres italiens du XVI ème siècle

Raphaël

Raphaël

Véronése

Véronése