Articles

Le musée du Prado est connu pour son importante collection de peintures espagnoles, parmi elles se cache un splendide trésor,
El Tesoro del Delfín (Trésor du Dauphin) qui appartenait au fils de Louis XIV, qui mourut avant de monter sur le trône, léguant sa collection à son fils, Philippe V, roi d’Espagne.

Agate, Améthyste, Cornaline, Grenat, Jaspe, Lapis-Lazuli, Peridot, Sardoine, Prasiolite, Email, Or. 1630-1670
©Museo Nacional del Prado

Saisissante de beauté, ce trésor représente une centaine d’objets précieux réalisés en pierres dures ornées de pierres précieuses datant du XVIème au XVIIème siècle.

Cristal de Roche, Vermeil. 1550-1600.
©Museo Nacional del Prado

Agate, Rubis, Or
Inde Moghol 1580-1620
©Museo Nacional del Prado

Agate, Sardoine, Rubis, Diamants, Emeraudes, Email, Or. 1689.
©Museo Nacional del Prado

Lapis-Lazuli, Opales, Email, Or. 1625-1645.
©Museo Nacional del Prado

Jaspe, Opale, Email, Or. 1625-1654
©Museo Nacional del Prado

Agate, Diamants, Rubis, Email, Or. 1550-1575.
©Museo Nacional del Prado

Cristal de Roche, Lapis-Lazuli, Perles Fines, Email, Or. 1570-1580.
©Museo Nacional del Prado

Jaspe, Agate, Emeraude, Turquoise, Saphirs, Rubis, Améthyste, Aigue-Marine, Beryl, Zircon, Topaze, Email, Or. 1662-1675
©Museo Nacional del Prado

Cette collection comporte une seconde partie qui se trouve au Musée du Louvre présentée dans la galerie d’Apollon.

Un trésor qui montre le faste des cours de l’époque, qui met en avant un somptueux savoir-faire.

Agate, Rubis, Emeraudes, Diamants, Email, Or. 1625.
©Museo Nacional del Prado

Musée du Prado
Paseo del Prado
28014  Madrid

Le musée du Louvre et le musée de l’Ermitage s’associent pour une exposition exceptionnelle autour de la collection du marquis de Campana, constituée pour l’essentiel entre les années 1830 à 1850.
L’exposition « Un Rêve d’Italie » rassemble de nombreux chefs-d’oeuvre archéologiques, peintures, sculptures, objets d’art, bijoux …

Plaque Campana, Terre cuite
Vers 1-50 ap. J.-C. Paris, musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
© Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais.jpg

Giampietro Campana, directeur du Mont de Piété de Rome, était l’une des figures les plus brillantes de la société romaine de son temps et un personnage romanesque.

Portrait de Giampietro Campana.
Denis-Auguste Raffet,
Rome, 8 février 1850. Paris, BnF, Département des Estampes, Réserve DC-189(F)-Fol

Il a rassemblé la plus importante collection privée du XIXème siècle, mais, entraîné par sa passion pour l’accumulation d’oeuvres d’art, il fut arrêté en 1857 pour malversations financières, condamné à la prison puis à l’exil.

Sa collection fut alors mise en vente.
La collection Campana a eu une importance majeure dans la définition culturelle et politique du patrimoine italien. Campana voulait montrer le génie italien, de l’Antiquité à l’époque moderne, réalisant une sorte de rêve d’Italie.

Buste d’Ariane
IIIème siècle av. J.-C
Falerii Novi, près de Civita Castellana.
Musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines
© Musée du Louvre

Campana a d’abord commencé par collectionner les antiques, comme l’avaient fait son grand-père et son père, et comme le faisaient traditionnellement les grandes familles romaines.

Il ne s’est pas contenté d’acheter sur le marché des antiques.
Poussé par une passion dévorante,  il a entrepris de nombreuses fouilles et a découvert des monuments majeurs. Il était désireux de rassembler les plus grands chefs-d’œuvre, mais pas seulement. Campana portait également de l’intérêt aux fragments, aux productions artisanales les plus modestes ainsi qu’aux objets du quotidien.
Laissant ainsi une véritable encyclopédie de l’artisanat antique.

Sarcophage, dit Sarcophage des époux. Cerveteri (nécropole de Banditaccia)
vers 520 – 510 av. J.-C.
© Musée du Louvre l Philippe Fuzeau (2)

Des vases antiques qui attestent de la circulation des productions de céramique dans la Méditerranée antique, des terres cuites qui n’avaient pas beaucoup intéressé les collectionneurs jusque-là.

Cratère en calice à figures rouges.
Musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines.
© Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais Stéphane Maréchalle

Campana était aussi passionné de céramique aux belles couleurs, notamment les majoliques du 15e et 16e siècles.

Plat
Francesco Xanto Avelliplat, L’enlèvement d’Hélène
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) l Martine Beck-Coppola

La peinture, particulièrement les « primitifs italiens » tableaux du XIII, XIV et XVème siècle. Il est le seul à en avoir rassemblé autant.

Pietro di Domenico da Montepulciano.
Vierge de Miséricorde
© L’œil et la mémoire Fabrice Lepeltier

Depuis la Renaissance, les marbres formaient le coeur des grandes collections antiques en Italie, la Villa Campana rivalisa de statues monumentales.

Statue Vénus et Eros Musée de l’Ermitage, Saint-Pétersbourg
© The State Hermitage Museum Alexander Lavrentyev

Il est aussi un des rares collectionneurs de verres antiques, étrusques et romains, qui seront les précurseurs des grandes productions vénitiennes de Murano.

Que dire du remarquable ensemble de bijoux, qui suscita l’admiration des visiteurs et l’intérêt des spécialistes de l’époque : la famille romaine de joailliers et de collectionneurs, les Castellani, travailla à leur restauration et s’en inspira pour créer des modèles à l’antique.

Collier à pendentif en forme de tête d’Achéloos. Vers 480 avant J.-C. .
Or
Collection Campana
© RMN

Boucle d’oreille à pendeloque en forme d’amphore.
Italie méridionale.
Grenat, Or
200-100 avant J.-C.
Collection Campana
© Musée du Louvre

Bague
Italie méridionale
Nicolo (Onyx), Email, Or
200-500 après J.-C.
Collection Campana
© Musée du Louvre

Les bijoux de la collection Campana seront exposés à Paris au palais de l’Industrie en 1862 puis au Louvre en 1863, devenant également une source d’inspiration pour la bijouterie française (Fontenay et Wiese) de la fin du XIXe siècle.

Bracelet serpentiforme
Provenance inconnue
Or
300 avant J.-C.
Collection Campana
© Musée du Louvre

Henri Vever décrivit dans « La Bijouterie française, au XIX ème siècle » cet engouement pour la joaillerie de style archéologique :
« La collection de Campana eut sur le bijou une influence directe et immédiate, car à peine avait-on pu l’entrevoir en 1861, avant même l’inauguration officielle, que déjà les bijoutiers en subissaient le charme et cherchaient à en tirer parti. »

Allez voir ce beau rêve d’Italie, cette superbe collection Campana. Un trésor de chefs-d’œuvre réunis au Louvre pour tous les goûts et dans tous les domaines à ne pas manquer.

Jusqu’au 18 février 2018

Musée du Louvre
Hall Napoléon
Louvre.fr

C’est un événement, le musée du Louvre Abu Dhabi s’ouvre au monde.
A la croisée des chemins entre l’Asie et l’Europe, c’est un récit universel que vont explorer les visiteurs.

Louvre Abu Dhabi / Exterior view © Louvre Abu Dhabi / Photography Roland Halbe

Situé sur l’île de Saadiyat, quartier dédié à la culture et aux arts, le Louvre Abu Dhabi lumineux appelle à la méditation.
C’est un tout fluide où l’esthétique transporte les oeuvres et souligne les liens des différentes civilisations. Son architecture lie aussi le ciel, la mer et le désert, découvrant un univers spirituel.

Louvre Abu Dhabi

L’architecte Jean Nouvel a conçu le Louvre Abu Dhabi comme une ville-musée (medina) qui allie inspiration arabe traditionnelle, design contemporain et prouesses d’ingénierie.
Le soleil qui filtre à travers cette structure crée une
« pluie de lumière » évoquant l’ombre des palmes entrecroisées des oasis des
Émirats arabes unis.

Louvre Abu Dhabi

Esprit Joaillerie a découvert ce nouveau musée du
Louvre Abu Dhabi qui couvre toute l’histoire de l’humanité au travers de trésors exceptionnels.

Louvre Abu Dhabi Esprit Joaillerie Charlotte Wannebroucq

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi / Grece
Sphinx
600-500 av J.C.

Louvre Abu Dhabi / Chine
Dragon Ailé
475-221 av J.C.

Louvre Abu Dhabi / Empire Sassanide
Plat Décoré Tigre
675-800

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi / Shô-Kannon, Bodhisattva de Compassion
Japon
1100-1200

Louvre Abu Dhabi / France
Vierge à L’Enfant
Vers 1500

Louvre Abu Dhabi / Iran
Fragment d’une Plaque en Forme de Mihrab
1250-1350

Louvre Abu Dhabi / Chine
Bouddha
580-530

Louvre Abu Dhabi / Poignard d’Apparat
Inde
1600-1700

Louvre Abu Dhabi / Sabre Impérial de Cérémonie
XVIIéme

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi / Iran
Collier Pierres Fines, Or
2340-2100 av J.C.

Louvre Abu Dhabi / France
Coffret Reliquaire,
Cristal de Roche et Pierres Fines.1200-1210

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi / Italie
Bassin au nom de Bonifilius
Vers 1300

Louvre Abu Dhabi / France
Gilles Guérin
Chevaux du Soleil
1668-1675

Louvre Abu Dhabi / Leonard de Vinci
La Belle Ferronnière
1495-1495

Louvre Abu Dhabi / René Antoine Houasse
Portrait Equestre de Louis XIV

Louvre Abu Dhabi / Jacques-Louis David
Napoléon Bonaparte
1803

Louvre Abu Dhabi / Katsushika Hokusai
1830

Louvre Abu Dhabi

Louvre Abu Dhabi / Vassily Kandinsky
Composition IX
1936

Louvre Abu Dhabi / Ai Weiwei
Fontaine de Lumière
2016

Louvre Abu Dhabi Esprit Joaillerie Charlotte Wannebroucq

« See Humanity In A New Light »

Louvreabudhabi.ae

SPECTACULAIRE SECOND EMPIRE

C’est une des périodes les plus fastueuses de l’Histoire de France, le Second Empire, que le Musée d’Orsay nous fait visiter.
Temps de l’abondance, d’euphorie et de célébrations multiples (politiques, économiques, religieuses et artistiques) les années 1850 à 1870 apparaissent ainsi comme la période qui voit naître une France moderne.

Sous le Second Empire, la vie parisienne bat au rythme des nombreux bals, soirées et salons organisés par la cour la plus brillante du XIXe siècle. Cette société cultive le goût des tableaux vivants et des bals costumés où les identités s’effacent et les intrigues se mêlent.L’Empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie donnent des réceptions magnifiques où le luxe de la cour se veut être le même qu’au temps des rois.

Alfred Stevens "Rentrée du Bal" © Musée d'Orsay

Alfred Stevens « Rentrée du Bal »
© Musée d’Orsay

L’Empereur modernise, la vivacité lyrique et théâtrale permet la construction de nouveaux monuments comme le théâtre du Châtelet et ce joyau qu’est l’Opéra de Charles Garnier. C’est également la métamorphose de Paris par Haussmann, qui fait de la capitale un nouvel espace urbain sacrifiant les ruelles de la vieille ville à la réalisation d’imposants boulevards la faisant basculer ainsi dans le monde moderne.

Adolphe Yvon Napoléon III remettant au baron Haussmann le décret d'annexion des communes limitrophe le 16 février 1859 © Musée Carnavalet

Adolphe Yvon
Napoléon III remettant au baron Haussmann le décret d’annexion des communes limitrophe le 16 février 1859
© Musée Carnavalet

Les Expositions universelles en 1855 et 1867 à Paris, mettent en scène l’Empire brillant et fastueux où s’y affirme l’excellence de l’industrie d’art française et l’éclectisme débridé des sources d’inspiration auxquels puisent les créateurs. Le Musée d’Orsay présente par une scénographie spectaculaire ces accumulations des plus beaux objets créés par la manufacture impériale de Sèvres, les ébénistes Fourdinois et Diehl, les orfèvres Christofle et Froment-Meurice.
La joaillerie exprime ce faste par la couronne impériale et le diadème d’Alexandre-Gabriel Lemonnier.

Alexandre-Gabriel Lemonnier, Diadème de l'Impératrice Eugénie, 1853 Argent, Or, Diamants, Perles Paris Musée du Louvre, Département des Objets d'art, don des Amis du Louvre © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Alexandre-Gabriel Lemonnier, Diadème de l’Impératrice Eugénie, 1853
Argent, Or, Diamants, Perles
Paris Musée du Louvre, Département des Objets d’art, don des Amis du Louvre
© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Alexandre-Gabriel Lemonnier, Couronne de l'impératrice Eugénie, 1855 Diamants, Émeraudes, Or, Cuir Paris, Musée du Louvre © CEJ

Alexandre-Gabriel Lemonnier, Couronne de l’impératrice Eugénie, 1855
Diamants, Émeraudes, Or, Cuir
Paris, Musée du Louvre
© CEJ

Le célèbre joaillier Mellerio est mis à l’honneur avec une trentaine de pièces haute joaillerie. A cette époque la maison connait son apogée, la clientèle y est exceptionnelle, Napoléon III, l’impératrice Eugénie, la princesse Mathilde, les cours d’Europe, les écrivains, compositeurs, les actrices… C’est cet esprit créatif, artistique et technique qui est mis en avant, notamment avec les bijoux transformable comme cette tiare serti de turquoises.

Mellerio, Diadème floral démontable en huit broches pour bouquet, traîne de corsage, vers 1860 Turquoises cabocho, Diamants, Argent, Or Paris, collection particulière © Mellerio

Mellerio, Diadème floral démontable en huit broches pour bouquet, traîne de corsage, vers 1860
Turquoises cabocho, Diamants, Argent, Or
Paris, collection particulière
© Mellerio

Mellerio, Broche fleur de lilas, 1862 Émail Vert, Rose, Violets, Diamants, Or Paris, collection particulière © Photo Wartski Ltd., Londres

Mellerio, Broche fleur de lilas, 1862
Émail Vert, Rose, Violets, Diamants, Or
Paris, collection particulière
© Photo Wartski Ltd., Londres

 Certaines pièces exceptionnelles, provenant de la collection Mellerio seront présentés pour la première fois au public.

Mellerio, Devant de corsage "Bouquet de Roses" commandé par la Princesse Mathilde en 1864 © Mellerio

Mellerio, Devant de corsage « Bouquet de Roses » commandé par la Princesse Mathilde en 1864
© Mellerio

Mellerio, Grande broche plume de paon, commandé par l'Impératrice Eugénie, 1868 Diamants, Émeraudes, Saphirs, Rubis, Argent, Or Paris, collection particulière © Mellerio

Mellerio, Grande broche plume de paon, commandé par l’Impératrice Eugénie, 1868
Diamants, Émeraudes, Saphirs, Rubis, Argent, Or
Paris, collection particulière
© Mellerio

Pour ces 30 ans, le Musée d’Orsay porte un regard spendide sur le Second Empire, à ne pas manquer.

Exposition Spectaculaire Second Empire, 1852-1870
Du 27 septembre 2016 au 16 janvier 2017

 Musée d’Orsay
62 rue de Lille 75007 Paris

http://www.musee-orsay.fr

Il est des journées qui restent gravées par des images et des mots d’un très beau livre.
En avant-première exceptionnelle, Esprit Joaillerie a le plaisir de présenter le livre
Le Fermoir en Bijouterie, 4000 ans d’Histoires
et a eu la chance de réaliser un entretien avec son auteure, Anna Tabakhova.

© anna tabakhova

© anna tabakhova

Cette femme passionnée, curieuse et découvreuse a porté son regard sur cet élément essentiel du bijou jamais étudié sur une si longue période et dans le monde entier : le fermoir.
Et pourtant… que d’aventures autour de cet accessoire!

Anna a relevé un défi, celui de transmettre 4000 années d’histoire du fermoir allant de l’âge du Bronze à la place Vendôme, du bijou d’artiste au bijou couture, du bijou régional au bijou fantaisie ainsi qu’un petit tour du monde des fermoirs.

© anna tabakhova

© anna tabakhova

Ce sont 4 millénaires d’ingéniosité au service du bijou dévoilés et illustrés de photos inédites: 12 musées ont ouvert leurs vitrines, des joailliers ont dévoilés leurs archives pour la première fois, des créateurs de bijoux contemporains ont fabriqués des fermoirs pour cette occasion. C’est une véritable bible aux multiples sources : 32 historiens consultés, 22 musées impliqués, 76 contributeurs bijoutiers, joailliers, artistes et créateurs de 30 paysLe livre est complété de 6 interviews en atelier, le bijou dans la peinture, la sculpture, un fil historique et un glossaire enrichi de 28 croquis originaux.

© anna tabakhova

© anna tabakhova

Anna, comment l’idée de ce livre vous est-elle venue ?

C’est à partir de mes propres bijoux aux fermoirs interchangeables que j’ai commencé à documenter cette histoire, il y a maintenant 10 ans.

Qu’est ce qu’un fermoir pour vous ?

Un fermoir est un « ouvroir, »c’est un concentré de trouvailles, le lieu d’un savoir-faire d’excellence pour l’orfèvre.

Ce qui vous plait dans un fermoir ?

Découvrir son fonctionnement, je suis partie de l‘observation des bijoux antiques dans les musées ; puis j’ai fait un travail d’exploration, relu des travaux originaux d’archéologue, certains datés de 1934. Par exemple, découvrir l’origine de la boîte-cliquet a été passionnant.

Parmi les fermoirs antiques, quel est celui qui vous a marqué ?

C’est la découverte, avec la conservatrice des antiquités égyptiennes du musée du Louvre, du fonctionnement d’un fermoir-pendentif égyptien ancien de près de 4000 ans qui n’avait jamais été étudié jusque là.

Un fermoir auquel vous pensez ?

Celui du joaillier Jean Christophe, qu’il a réalisé pour le livre : le fermoir Hélico, ingénieux, seyant, amusant et fonctionnel. J’ai inclus un reportage sur sa fabrication.

Fermoir Hélico de Jean Christophe © anna tabakhova

Fermoir Hélico de Jean Christophe
© anna tabakhova

Comment avez vous choisi d’organiser votre présentation de fermoirs sur une aussi longue période ?

Et bien en 5 chapitres : les fermoirs remarquables, les fermoirs pendentifs, le bijou à transformation (car il s‘agit toujours d’ouvrir et de fermer), le fermoir amovible et « fermer sans fermoirs ».

Croquis du glossaire © anna tabakhova

Croquis du glossaire réalisé par Thierry Anfray
© anna tabakhova

Le fermoir haute joaillerie ?

La place Vendôme est représentée au long des chapitres ; on peut citer le fameux collier Zip de Van Cleef & Arpels, les bijoux sans fermoirs de Mademoiselle Chanel, mais aussi, Cartier, Boucheron et Mellerio dits Meller, ainsi que Wallace Chan à Hong Kong. Je pense également à la Maison Hermès : une interview exclusive est consacrée à leur conception du fermoir.

Et le fermoir contemporain ?

Plusieurs créateurs conçoivent des fermoirs innovants ou réinterprètent avec talent des fermoirs antiques ; la maniabilité est un critère important au XXIe siècle. Les joailliers, designers, plasticiens, créateurs de bijoux contemporains du monde entier sont largement représentés tout au long du livre.

Fermoir Puzzle de Petr Dvorak © anna tabakhova

Fermoir Puzzle de Petr Dvorak
© anna tabakhova

Enthousiaste et méticuleuse, Anna Tabakhova a conçu son livre comme elle conçoit ses bijoux:
« Une belle idée, une belle matière et une belle réalisation. J’ai voulu que ce soit un manuel pratique doublé d’une étude historique dans l’écrin d’un livre d’art de 288 pages aux 356 illustrations couleurs « .

Merci Anna pour ce moment qui nous a vraiment donné envie d’en savoir plus sur ces fermoirs. Votre livre d’art est sous presse et paraîtra en octobre, il est en pré-vente exclusive sur le site de la maison d’édition :

                          http://www.editions-terracol.com/fr/

Devinette, Esprit Joaillerie cherchera comme vos nombreux lecteurs la seconde partie de ce fermoir, rendez-vous donc dans ce superbe ouvrage pour avoir la réponse.

© anna tabakhova

© anna tabakhova

www.histoire-du-fermoir.com/

Anna Tabakhova sera également présente lors du Salon Mes Créateurs Joailliers, du 18 au 21 novembre à l’Hôtel de l’Industrie, pour le dédicacer.

© anna tabakhova

© anna tabakhova

Toute reproduction interdite sans autorisation de l’auteur.
All rights reserved-Unauthorized reproduction prohibited.