Articles

Pour son rendez-vous de la rentrée, la Biennale Paris évolue fortement pour s’inscrire pleinement dans la transformation du marché de l’art.

Pour cela, La Biennale Paris 2019 a accueilli une nouvelle génération de marchands et de créateurs au sein d’une section Nouveaux Talents.
Un espace leur a été dédié pour rassembler douze marchands, créateurs nationaux et internationaux installés depuis moins de 10 ans.

Amélie Sourget
© Ejcw

Maison Auclert
© Ejcw

Maison Riondet
© Ejcw

Encourager les jeunes professionnels à exposer pour la première fois afin de promouvoir leur activité, rencontrer les visiteurs et collectionneurs, et révéler leur travail et leurs ambitions pour le marché de demain,
tel est le souhait que porte le SNA et La Biennale Paris.

Domeisen Fine Jewelry
© Ejcw

Ce musée éphémère unique revendique son identité française, puisque depuis 1962, La Biennale Paris est le seul salon généraliste international parisien.

© Ejcw

Vincent Darré
© Ejcw

Francine Joaillerie
© Ejcw

Galerie Martel Greiner
© Ejcw

© Ejcw

Galerie Martel Greiner
© Ejcw

© Ejcw

Galerie Epoca

Alain Pautot
© Ejcw

Un rendez-vous qui a dévoilé des millénaires  d’art, une sorte de musée éphémère qui présente ses trésors.

Phoenix Ancient Art

Bernard Bouisset
© Ejcw

Cette édition a présenté également le patrimoine d’un pays invité, Bahreïn. Reconnu pour développer l’art au Moyen Orient, le royaume de Bahreïn possède un patrimoine précieux, ses perles fines. Appréciées dans le monde entier pour leurs éclats extraordinaires

Mattar Jewelers
© Ejcw

La Biennale Paris 2019 a offert aux amateurs un choix fabuleux d’une grande diversité.

© Ejcw

La Biennale Paris

Grand Palais
Avenue Winston Churchill
Paris 8ème France

labiennaleparis.com

C’est sous la nef du Grand Palais qu’a eu lieu le Salon International du Livre Rare et de l’Objet d’Art. Ce rendez-vous mondial dans le domaine du patrimoine écrit est aussi le seul salon qui réunit des experts en objets d’art dans 40 spécialités, de l’archéologie à l’art contemporain en passant par les bijoux, l’art tribal, les armes anciennes ou encore la mode.

Depuis 2017, il a été rejoint par la CNES, Chambre Nationale des Experts Spécialisés, offrant ainsi une manifestation regroupant l’expertise française à son plus haut niveau.
A l’origine de la découverte de l’objet, l’expert. Il communique sa passion, la rigueur de la garantie et la sauvegarde du patrimoine.
Ils nous ont présenté lors de ce salon des livres et objets rares.

Les Enluminures
Livre des Heures
vers 1420.

Bague de cour en or sertie d’un pavage de lignes alternées de chrysoberyls et de topazes impériales. Christophe Barbe.

Bague en platine sertie d’un saphir travail francais des années 1930. Genevieve Baume.

Bague Art Deco circa 1930 ornee de diamants taille ancienne 5 carats sur platine. Geoffray Riondet.

Valérie Levesque
Japon Epoque Edo XVII

Garants de l’intelligence et de la sensibilité humaine à travers les siècles, les livres rares et objets d’art ont attiré de nombreux visiteurs.

Rendez-vous attendu de la rentrée, notre célèbre Grand Palais accueille pour notre grand plaisir La Biennale Paris 2017.

© Ejcw

Devenu annuel, cet événement parisien sera une semaine d’excellence culturelle pour s’émerveiller devant des chefs d’oeuvre et des pièces haute joaillerie.

Glenn Spiro

© Ejcw
Nirav Modi

© Ejcw
Boghossian

Moussaieff Jewellers

© Ejcw
Moussaieff

© Ejcw

© Ejcw
Anna Hu

Anna Hu

JAR Chez Véronique Bamps

© Ejcw
René Lalique

Cartier Chez Epoque Fine Jewels

Au total, plus de 95 exposants, dont 36 internationaux exposeront à cette Biennale.

© Ejcw
Galerie Dumonteil
Rembrandt Bugatti
« Léopard au Repos »

L’exposition sera également l’occasion de voir réunis les collections Barbier-Mueller, quatre générations de grands collectionneurs dans ce fantastique écrin du Grand Palais. Une collection riche comprenant des oeuvres d’art classiques, ou encore des oeuvres d’art primitives qui ont beaucoup inspiré l’évolution de la peinture du début du 20 ème siècle.

© Ejcw
Gomaido Gusoku
Fin XVII

© Ejcw
Tête de Figure debout type « Plastiras »
Grèce Vers 3000-2800 av J.-C. Marbre

Des pièces uniques rares à voir absolument.

© Ejcw

La Biennale Paris
Du 11 septembre au 17 septembre 2017
Grand Palais

La troisième édition du salon Révélations, Biennale Internationale des Métiers d’Art & Création, est une merveilleuse occasion de découvrir la création dans ce qu’elle a de plus esthétique et de plus audacieuse.

Charles Interior Jewelry Paris
Bonsaï

Gallerie Collection

Jallu Ébénistes

Le regard est surpris, admiratif, enchanté par ces créations.

Duvelleroy

Pour Aude Tahon Présidente d’Atelier d’Art de France « C’est en sortant des schémas établis que nous pourrons continuer à réinventer et faire vivre cette singularité française que nous avons tous reçu en héritage ».

Arteau Joaillier

MWPARIS

Esther Assouline

Rosset Gauléjac

C’est plus de 400 exposants réunis au Grand Palais qui s’offrent au public, désireux de proposer leur savoir-faire et de les partager.

Studio Harow & Harold Sangouard

Comme la création n’a pas de frontière, Révélations offre une dimension internationale. Après la poésie des créations coréennes découverte en 2016, cette édition nous présente des caractères chiliens d’exceptions.

Tere Marin Keymer

Egon Munos Quezada
Harna Marchant Carrasco

Juan Carlos Oreliana

Henri Jobbé-Duval, commissaire général de Révélations, nous redit combien il est important de préserver cette notion d’échange culturel mondial: « Mon implication vise à développer, renforcer, faire évoluer sans cesse ce rendez-vous mondial de la création contemporaine. L’intensité des échanges est un atout. »

Céramiques Japonaise

Harumi Nakashima

Ainsi Révélations s’impose comme un rendez-vous international des métiers d’art où les oeuvres des artisans-créateurs et manufactures offrent une programmation audacieuse, cosmopolite et esthétique.

WCC BF

Yong-Joo Kim

Christophe Gaignon

Vous avez jusqu’au 8 mai pour vous laisser surprendre par le salon Révélations.

Révélations
Biennale Internationale Métiers d’Art & Création
Grand Palais Paris

www.revelations-grandpalais.com

L’exposition Des Grands Moghols aux Maharajahs :
Joyaux de la collection Al Thani

a ouvert ses portes ce mercredi 29 mars 2017 au Grand Palais.

C’est l’univers du bijou indien et son histoire, de la période mongole à nos jours qui sont présentés. Unique par sa très longue période chronologique, la collection Al Thani représente quatre siècles. Cette collection est remarquable par sa diversité, des objets du trésor impérial moghol aux chefs-d’oeuvre de joailliers contemporains qui intègrent à leurs parures des pierres anciennes, ou dont l’inspiration se nourrit des formes et motifs traditionnels de l’Inde.

Les sous-sols de l’Asie du Sud depuis bien longtemps cachent des pierres fabuleuses. Ainsi les diamants de Golconde, saphirs du Kashmir, rubis de Birmanie ou encore perles du golfe inspiraient les artisans indiens. Ce sont toutes ces réalisations précieuses, marques de modes, d’histoires, de rang social qui ont conduit, son altesse Sheikh Hamad bin Abdullah Al Thani à créer cette collection unique.

Voici un aperçu de ce somptueux univers.

L’Arcot II
Inde, vers 1760 retaillé en 1959 et 2011
Diamant 17,21 cts
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

L’Agra
Inde, antérieur à 1526 retaillé dans les années 1880 et 1990
Diamant 28,15 cts
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

En 1526 l’Inde fut conquise par Ahir ud-din Babur, Descendant de Timur (Tamerlan) et de Gengis Khan. Il y fonda une dynastie étroitement liée aux pierres précieuses. Les Moghols perpétuèrent la coutume timuride de faire graver leurs noms sur les pierres les plus précieuses qui constituaient ainsi un patrimoine dynastique.

Émeraude ayant appartenu à Shah Jahan, 30,61 cts
Inde du Nord ou Deccan, datée 1031 AH (1621-1622)
Inscription en persan : Shihab al-din Muhammad Shah Jahan Ghazi Empereur 1031
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Sarpech Détail
Inscription en persan sur les spinelles : 12 Shah Jahan-i Jahangir Shah 1049 ( 12 Shah Jahan (fils) de Jahangir Shah 1049 )
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Sarpech
Inde du Nord, 1875-1900
1639-1640 ( deux spinelles)
Diamants, Rubis, Spinelles, Or
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Les empereurs moghols appréciaient également les pierres dures qui servaient de matériaux de bases dans la réalisation d’objets de luxe.
De plus ces pierres avaient des pouvoirs protecteurs. Les vases, miroirs, boites ou encore poignards ainsi réalisés en jade ou quartz assuraient la protection de leur propriétaire. Le jade pouvait selon les croyances révéler et protéger des poisons. L’art des lapidaires moghols atteint un niveau inégalé notamment dans le travail de l’agate, de l’onyx et du cristal de roche.

Coupe
Jade, Or
Asie centrale, 1450-1500
Asie centrale ou Iran XVIème siècle (décor)
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

C’est la technique du kundan, qui permet de sertir les gemmes à l’or sans recourir aux griffes, qui est une des caractéristiques des bijoux indiens. La pierre est entourée d’or assurant ainsi son maintien. À ce serti clos, on appréciera les « tailles à l’indienne »(éloignées des tailles à facettes symétriques) qui respectent aux maximum les dimensions originelles de la pierre.

Bracelet
Jaipur 1750-1800
Rubis, Diamants, Revers Émaillé, Or
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Bague d’archer de l’empereur Shah Jahan
Inde vers 1625-1650
Diamants, Rubis, Émeraudes, Or
Saint-Pétersbourg, musée de l’Ermitage
© Musée national de l’Ermitage, saint-Pétersbourg, 2017 /Vladimir Terebenin

Une autre caractéristique des bijoux indiens est représentée par leur décor émaillé. Ce sont très certainement les bijoux émaillés de la Renaissance qui ont su inspirer la culture moghole jusqu’au début du XIX ème siècle.

Jigha (Ornement de turban)
Inde du Nord 1675-1750
Spinelle, Diamants, Rubis, Émeraudes, Or
Tige et revers émaillés.
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Jigha (Ornement de turban) vu de dos
Inde du Nord 1675-1750
Spinelle, Diamants, Rubis, Émeraudes, Or
Tige et revers émaillés.
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Les joyaux ont toujours affirmé un pouvoir. Particulièrement en Inde, les pierres précieuses et bijoux étaient synonyme de royauté.
Réservées aux hommes, les plus belles pierres affirmaient la prospérité du royaume. C’est ainsi que les ornements de turbans, couronnes, colliers, boucles d’oreilles, bracelets de haut du bras, bracelets, bagues, ceintures et bracelets de cheville représentaient le pouvoir.

Sirpech (couronne)
Népal vers 1900
Perles, Verre Coloré, Diamants, Émeraudes, Rubis, Argent, Plumes d’oiseau de paradis, Toile
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Collier de spinelles impériaux
inde du Nord, 1600-1650
Spinelles, Perles, sur cordon moderne
Inscription impériales en persan datées entre 1609 et 1635 sur quatre spinelles. Spinelle centrale 162 cts. autres Spinelles 790 cts.
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Nath ( Ornement de nez)
Inde Occidentale 1925-1950
Diamants, Perles, Émeraudes, Or
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Inchangés jusqu’au début du XIXe siècle, les bijoux en vogue observèrent une influence européenne croissante avec l’adoption de certains modèles, des tailles en facettes et des sertissages ouverts à griffes occidentaux.

Sarpech (ornement de turban)
Inde, vers 1900 (ornement de turban) Paris 2012 (clip Cartier)
Émeraude, Diamants, Perle, Argent, Or
© The Al Thani Collection 2013. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Dès la fin du XIXe siècle, les élites princières privilégièrent le platine à l’or pour le montage de leurs pierres les plus précieuses, avant de faire remonter leurs bijoux en Europe selon les dernières tendances occidentales.

Ornement de Turban l’Oeil de Tigre
Diamants, Platine
Diamant Oeil du Tigre 61,50 cts
Cartier Londres 1937
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Laziz Hamani

En 1911, Jacques Cartier entreprit un voyage en Inde, comptant y trouver tout à la fois une clientèle nouvelle et d’autres sources d’approvisionnement en pierres précieuses. Il inaugurait ainsi une ère de relations étroites avec les princes indiens et les grandes maisons.

Aigrette
Paul Iribe, RéailsationRobert Linzeler
Inde 1850-1900 (Émeraude) Paris 1910 (monture)
Émeraude, Saphirs, Diamants, Perles, Platine
© The Al Thani Collection 2016. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Collier de Nawanagar
Rubis, Diamants, Platine
Cartier 1937
© Christie’s Images Ltd

Aigrette
Mellerio dits Meller
Paris, 1905
Or, Platine, Diamants, fond émaillé
© The Al Thani Collection 2015. Tous droits réservés.
Photo Prudence Cuming Associates Ltd

Une magnifique exposition qui vous transportera dans un monde où les pierres rivalisent d’émerveillement par leurs couleurs extraordinaires et leurs tailles dignes des grands romans d’aventures.

Du 29 mars 2017 au 5 juin 2017
Grand Palais Paris

grandpalais.fr