Articles

Le Natural Diamond Council propose sa version française pour tout savoir sur le diamant Only Natural Diamonds.

Cette plateforme, réalisée à l’initiative des principaux producteur de diamants, invite à découvrir le diamant sous toutes ses facettes, pratique et fonctionnelle, elle est une référence pour les néophytes comme les professionnels.

© NDC

 Les sujets abordés sont aussi bien des informations nationales qu’internationales.
Actualisés régulièrement tous ces sujets sont répertoriés sous différentes rubriques : Diamants 101, L’Univers du diamant, Notre Engagement Durable, Hollywood et Culture Pop, Style et Innovation, Diamants d’Exceptions, Amour et Diamants.

Elisabeth Taylor portant sa tiare en diamants lors du festival de Cannes en 1957.
© Jack Garofalo / Paris Match via Getty Image / NDC

© Mellerio / NDC

Pour Mina El Hadraoui, Directrice France du NDC, cette plateforme de qualité est avant tout un repère d’information et de transparence :
« Notre vision pour la France, pays des grandes maisons de joaillerie, du savoir-faire et de l’excellence est de répondre aux attentes du consommateurs, de l’informer sur les enjeux cruciaux du développement durable dans notre industrie, de mettre en avant les derniers créateurs, et de partager des expériences et des histoires autour du diamant. Le diamant naturel est synonyme d’éternité. Il est naturellement choisi pour figer nos émotions, nos sentiments, nos histoires de vie et cela, depuis des siècles. Au sein du NDC, ce sont ses histoires que nous souhaitons partager avec le consommateur » 

© NDC

Un site précieux à consulter régulièrement.

naturaldiamonds.com

La nouvelle collection Haute Joaillerie de De Beers est une très belle escapade vers des lieux spectaculaires et lointains, cette collection Reflections of Nature se compose de cinq thématiques.

Okavango Grace, Motlatse Marvel, Namib Wonder, Landers Radiance et Ellesmere Treasure rassemblent trente-neuf pièces de joaillerie inspirées par la beauté de la nature.

Okavango Grace 

Formant un dédale de cours d’eau, de marécages et d’îles au coeur d’une végétation luxuriante dans le nord-ouest du Botswana, le Delta de l’Okavango est l’une des oasis d’Afrique qui attirent la plus grande concentration d’animaux sauvages.

Vue du Delta de l’Okavango, Botswana
© De Beers

Les roseaux élancés qui ponctuent les cours d’eau et se balancent au gré de la brise ont inspiré le motif de la parure Okavango Grace : des diamants bruts et polis en suspension formant une frange organique et se balançant en liberté grâce à un serti ingénieux.

Diamants
© De Beers

Okavango Grace
© De Beers

Motlatse Marvel

Situé en Afrique du Sud et connu pour sa flore subtropicale, le Motlatse River Canyon est l’un des plus grands canyons du monde. Ses immenses pics et ses gorges caverneuses offrent un fascinant spectacle, en particulier au lever et au coucher du soleil.

Motlatse River Canyon, Mpumalanga, Afrique du Sud.
© De Beers

Les effets des rayons du soleil sur ces paysages ont inspiré le motif principal de la parure
Motlatse Marvel. Des diamants minutieusement retaillés baguette et sertis rail dans de fines rangées incarnent la résilience et la dureté de la roche du Canyon.

Tonalités chaudes et froides se côtoient dans la palette chromatique des sept créations. Les diamants rouges, bruns, orange et jaunes suggèrent l’intensité du soleil et la couleur naturelle de la roche, tandis que les accents de diamants aux tonalités plus froides de brun et de rose évoquent les jeux d’ombre.

Namib Wonder

Le Namib, est le désert le plus ancien et l’un des plus immenses de la planète, il serpente le long des plaines côtières de l’ouest de la Namibie, étirant ses dunes de sable ocre et rouge scintillant sous la chaleur torride du soleil.

Vue du Desert, Namibie.
© De Beers

Des diamants ronds brillants pavés reproduisent la texture du sable, tandis que les diamants bruts expriment la magie et le mystère du désert. La palette chromatique fait honneur aux tonalités spectaculaires du site: diamants jaunes et blancs sertis dans l’or de mêmes tons, jaune et blanc.

Namib Wonder
© De Beers

Landers Radiance

Paradis sous-marin au large de l’Afrique du Sud, Landers Reef regorge de coraux colorés et de poissons tropicaux.

A larLanders Reef, Afrique du Sud.
© De Beersge soft coral shaped like a toadstool and covered in feeding polyps rests atop a pristine reef in sunrays.

Les contours festonnés s’inspirent de la surface des branches de corail et forment le motif principal de cette parure composée de huit créations, et rassemblant la plus grande variété de tailles et de couleurs de diamants.

Landers Radiance
© De Beers

Les diamants ronds brillants évoquent le corail, tandis que la palette chromatique formée par les diamants de couleur Fancy tailles coussin, marquise et poire, incarnent les bancs de poissons du récif.
Une profusion de diamants bruts symbolise l’univers vital et vibrant des fonds marins.

Ellesmere Treasure

Les diamants blancs règnent en maîtres dans cette parure: inspirés de l’immensité immaculée de l’île d’Ellesmere, ils ont été sélectionnés un à un pour leur incroyable pureté.

Antarctic Mountains
© De Beers

La pureté de la glace s’incarne dans des diamants ronds brillants pavés.

Ellesmere Treasure
© De Beers

Une collection incontournable pour tous les amoureux de diamants.

Esprit Joaillerie a rencontré Déborah Lombroso, créatrice de
Seijna Joaillerie, site de vente en ligne dédié aux diamants et écrin de créations sur mesure qui célèbrent les multiples facettes de la vie des femmes.

Comment êtes-vous devenue créatrice de bijoux ?

Bague Diamond Me
Diamants, Or Blanc.
© Seijna Joaillerie

« Il y a deux raisons à cette vocation : Tout d’abord, après une formation de gemmologue aux
Etats-Unis, des postes dans des grandes maisons de la place Vendôme et la direction artistique d’un fabricant français de bijoux, j’ai ressenti le besoin d’être libre et de créer des bijoux qui me ressemblent. J’avais besoin de respirer.

La deuxième raison est familiale. Mon arrière-grand-mère russe était une grande amatrice de bijoux et c’est une passion qu’elle m’a transmise. Quand j’étais enfant, j’ouvrais avec elle le coffret où elle rangeait ses trésors et je les essayais, on en parlait, elle me racontait d’où venait tel collier, dans quelles circonstances elle l’avait acquis ou il lui avait été offert. J’étais émerveillée. Les bijoux de mon arrière-grand-mère, c’étaient mes barbies à moi ! « 

Que représente le bijou pour vous ?

Bague Papillon
Diamants, Or Rose.
© Seijna Joaillerie

« Tout dépend si vous vous adressez à l’amatrice de bijoux ou à la créatrice.

En tant qu’amatrice, je vous répondrais qu’un bijou est toujours lié au moment où il entre dans votre vie. Et généralement ce sont des moments heureux. C’est ce qu’on appelle la valeur sentimentale et à mes yeux, elle est bien supérieure à la valeur financière.

Je vous dirais aussi qu’un bijou, c’est un moyen parmi d’autres de se sentir belle, d’avoir confiance en soi, de rayonner. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de l’éclat d’un bijou.

En tant que créatrice, je pense qu’un bijou est le produit d’une idée et d’une inspiration, et qu’elles se matérialisent grâce à au savoir-faire unique de nos artisans. On est pile poil à la croisée des chemins entre le pur conceptuel et le pur manuel. J’adore recevoir le prototype d’un bijou que j’ai dessiné et voir mes idées prendre vie. Enfin, je voudrais mettre l’accent sur la notion de plaisir.

Un bijou c’est essentiellement du plaisir : celui d’un objet créé et fabriqué avec soin et celui Ô combien nécessaire d’aimer ce que l’on voit dans le miroir . »

Que représente le diamant naturel à vos yeux ?

« Je vais vous faire une réponse par opposition : les diamants synthétiques, ou dits de laboratoire, sont des produits industriels créés par l’homme. Leur perfection est duplicable à l’infini.

Les diamants naturels sont un miracle de la nature, de l’histoire géologique de notre planète. C’est ce qui fait leur rareté, leur beauté et leurs caractéristiques uniques.

Je comprends les arguments écologiques et éthiques en faveurs des diamants synthétiques mais depuis le processus de Kimberley et la traçabilité qu’il a mis en place, rien ne remplace à mes yeux la valeur et l’unicité d’un diamant naturel. »

Y-a-t-il un diamant qui vous fasse rêver ?

Bague Spin of Love
Diamants, Or Blanc.
© Seijna Joaillerie

« Le diamant qui me fait rêver est celui qui plaira à ma prochaine cliente ! Je ne crois pas au diamant parfait. Ou plutôt, je pense que le diamant parfait est celui qui vous correspond. Je vois régulièrement des clients qui me demandent un «D flawless» parce qu’ils ont passé un quart d’heure sur Google et qui repartent enchantés avec une pierre
« moins parfaite » mais qui correspond à leurs attentes et à leurs goûts.
Le bon diamant est celui qui vous plait, e basta ! « 

Comment achetez-vous vos diamants ?

« Je me rends régulièrement à Anvers pour y acquérir des pierres d’exception pour des bagues sur-mesure. J’achète également des lots auprès de diamantaires parisiens que je connais et avec lesquels je travaille depuis des années. Pour les pierres de plus petites tailles qu’on utilise sur les pavages, c’est moi qui demande telle ou telle qualité de pierres à mes fabricants. »

Avez-vous une anecdote autour d’une de vos créations ?

« A mes yeux, la joaillerie est toujours une histoire de rencontre. Entre le client et moi, entre le client et une pierre ou un bijou. Je pourrais vous raconter des dizaines d’anectodes parce qu’elles sont le sel de mon métier et qu’elles me motivent plus que tout.
Je vais vous raconter une des denières : j’ai reçu récemment un jeune couple de parisiens, très embarrassé par la bague de fiançailles familiale dont ils avaient hérité et que ni l’un ni l’autre n’aimaient. C’était une bague à entourage très classique, un peu « dadame », mais avec de très beaux diamants. En douce, ils m’ont demandé de la transformer pour qu’elle corresponde plus à leurs goûts.
J’ai réalisé des croquis préparatoires, une maquette en cire et la nouvelle bague a vu le jour, ils étaient ravis. Mais l’étonnant, c’est que la famille du jeune homme dont ils redoutaient tant la réaction a été enchantée aussi. Pour eux, c’est un peu comme si la bague de l’aïeule connaissait une seconde vie. Voilà, c’est aussi pour ce genre d’histoire que j’aime mon métier. »
Pouvez-vous nous présenter deux de vos créations ?

Bague Dangerous Kiss
Diamants Noirs, Or Noir.Rhodié
© Seijna Joaillerie

« Dans des styles complètement différents, mes deux créations préférées sont les bagues Dangerous Kiss et Daisy 1925.

La première parce que j’ai une passion pour les bijoux à motifs serpent, utilisés en joaillerie depuis des siècles. La Dangerous Kiss en est mon interprétation personnelle, rock et chic, déclinée en diamants et pierres de couleurs. J’avoue avor un faible pour la version diamants noirs sur or rhodié noir,
c’est un classique de Seijna.

Bague Daisy 1925
Diamants, Or Jaune
© Seijna Joaillerie

La Daisy 1925 est une bague vintage-moderne, même si ces deux termes semblent contradictoires. J’avais envie d’une bague qui ait l’air ancienne – avec notamment le diamant central taille rose – et qui en même temps soit contemporaine par ses proportions et ses finitions.

En or rose, c’est un grand succès de Seijna et je la porte régulièrement moi-même. »

Merci Déborah de nous avoir fait partager votre passion des diamants.

Continuons notre découverte des sociétés minières, constituant le Natural Diamond Council, avec
De Beers Group.

Cette société minière a été fondé en 1888, c’est l’une des plus importantes sociétés diamantifères au monde avec une expertise dans l’exploration, l’exploitation et la commercialisation de diamants.
Présente historiquement en Afrique du Sud depuis la fin du XIXème siècle, De Beers Group est également actif au Botswana, en Namibie et au Canada.


En collaboration avec ses partenaires, il emploie plus de 20 000 personnes sur l’ensemble du pipeline de diamants.
De Beers Group s’est engagé à « Building Forever », une approche différente pour limiter l’impact des activités minières sur la nature tout en encourageant la croissance économique des pays producteurs, en stimulant la création d’emplois pour créer un avenir meilleur.

Des mines d’Afrique du Sud en passant par le Bostwana, la Namibie et le Canada, De Beers Group produit environ 35% de l’offre mondiale de diamants bruts.

 Lors de son ouverture, la mine de Voorspoed est devenue la première grande nouvelle mine de diamants en Afrique du Sud en près de deux décennies. C’est la première d’une nouvelle génération de mines du XXIe siècle qui répondent aux normes les plus élevées en matière de performance environnementale et sociale.

Schoolboy listening to teacher in classroom 2020
© De Beers Group / NDC

Voorspoed emploie 451 personnes, dont 23 dans des projets communautaires, tels que le programme de développement des écoles rurales et le programme de développement des enseignants
de Ngwathe et Moqhaka.
Cette mine a un potentiel total de quatre millions de carats. Elle est également connue pour ses gros diamants de couleurs qu’elle produit occasionnellement.
La mine de Venetia emploie environ 4365 personnes, elle a été pensée pour minimiser l’impact des opérations sur l’environnement. Située dans la province du Limpopo au nord-est de l’Afrique du Sud, son potentiel a été découvert dés 1903 et devrait durer jusqu’en 2046 pour fournir environ 94 millions de carats.

June/July 2019. Moving Giants 2019. Translocation of elephants from Venetia Limpopo Nature Reserve (South Africa) to Zinave National Park (Mozambique).
Picture: James Oatway
© De Beers Group / NDC

Jwaneng est la mine de diamants la plus riche du monde en valeur,
elle a été découverte en 1971 au Botswana.
Jwaneng signifie en Setswana «un endroit de petites pierres», cette mine à ciel ouvert est située dans le centre-sud du Botswana, à environ 250 km au sud-ouest de Gaborone au bord du désert du Kalahari.
En 2019, la production y était de 12,5 millions de carats.

Head loupe sorter busy sorting parcels of rough diamonds over a light box.
DTC Botswana, Gaborone, Botswana.
Employee permission form signed.
© De Beers Group / NDC

Dans l’est du Botswana, à 240 km à l’ouest de Francistown, centre de la première ruée vers l’or de l’Afrique australe se trouve la mine d’Orapa. Il s’agit de la plus ancienne mine en exploitation de Debswana et de la plus grande mine de diamants à ciel ouvert au monde, juste derrière Jwaneng en termes de valeur de production. Orapa possède le deuxième plus grand filon de kimberlite diamantifère au monde, composé de deux filons séparés qui ont fusionné près de la surface il y a environ
93 millions d’années.

La kimberlite diamantifère, roche volcanique hôte qui ramène les diamants à la surface, a été découverte en 1967, un an après l’indépendance du Botswana, par Manfred Marx, un jeune géologue nouvellement diplômé de l’Université du Cap.
L’année suivante, elle est déclarée découverte majeure.
Cette mine emploie aujourd’hui 2800 personnes et produit environ 12 millions de carats.

Dans la zone de kimberlite d’Orapa se trouve Letlhakane,
«petits roseaux» en Setswana, qui est la mine la plus profonde de Debswana.
La toute dernière mine de Debswana, et joint-venture avec le peuple du Botswana est Damtshaa.
Elle a ouvert en 2003 et est située dans le centre du Botswana et produit également 12 millions de carats de diamants.

DTC Botswana sorter, Steve Millan, measuring the size of a rough diamond with a micro-meter.
DTC Botswana, Gaborone, Botswana.
Steve Millan.
Employee permission form signed.
© De Beers Group / NDC

Les gisements Namibien le long de la côte nord et sud sont si riches que les premiers prospecteurs pouvaient parfois trouver des diamants scintillants sur la surface sablonneuse du fond des vallées. Les diamants les plus importants se trouvent au sud alors que le nord offre des diamants plus petits.

De Beers Group a également une flotte de six navires capables d’explorer et de récupérer des matériaux diamantifères du fond marin namibien.
La Namibie possède les gisements de diamants marins les plus riches au monde, estimés à plus de 80 millions de carats.

La récupération des diamants marins produit désormais plus en volumes annuels que
l’exploitation terrestre de diamants du pays !

Enfin, partons au Canada où il y a trois mines Victor Mine,
Gahcho Kué Mine et Snap Lake Mine.

Gahcho Kué spur ice road
A worker with Nuna Logistics is silhouetted against the sky as he monitors a pump used to flood a section of the ice road.
© De Beers Group / NDC

La mine Victor est située dans les basses terres de la baie James, dans le nord de l’Ontario, à environ 90 km à l’ouest de la communauté côtière de la Première nation d’Attawapiskat. Victor Mine est une mine à ciel ouvert et la première mine de diamants de l’Ontario, il y a 18 filons de kimberlites dont 16 sont diamantifères (la Kimberlite est une roche volcanique diamantifère, riche en magnésium et fer).
Gahcho Kué Mine est une mine à ciel ouvert qui se situe dans les Territoires du Nord-Ouest, elle extrait entre 4 à 5 millions de carats par an. Snap Lake est située au Nord-Est de Yellowknife, c’est une mine entièrement 
souterraine qui produit environ 2 millions de carats de diamants brut par an.

Chaque diamant est exceptionnel, forgé en même temps que la Terre, découvert par les explorateurs sublimé par les joailliers, il nous émerveille. Conscient de ce trésor, De Beers Group, en partenariat avec les pays où elle opère, se sent reponsable de protéger le monde naturel et d’améliorer la vie des gens tout au long du parcours du diamant. Pour cela De Beers Group a pensé un modèle pour avoir un impact positif et durable,
Building Forever.

Goals 2030 Infographic New © De Beers Group

Ce sont 12 projets ambitieux que De Beers Group a décidé d’atteindre d’ici 2030, projets qui se concentrent sur 4 piliers : les pratiques éthiques de pointe, des partenariats pour des communautés prospères,
la protection du monde naturel et l’accélération de l’égalité des chances.

Building Forever a le pouvoir de soutenir un avenir meilleur de manière essentielle et durable. 


debeersgroup.com

naturaldiamonds.com

Nous poursuivons notre découverte des mines de diamants avec
Rio Tinto.

Cette société mondiale exploite la mine de diamants d’Argyle dans la région de Kimberley en Australie-Occidentale et la mine de diamants Diavik dans les territoires éloignés du Nord-Ouest du Canada.

L’emblématique mine d’Argyle située dans le nord-ouest de
l’Australie, dans la région du Kimberley a été découverte en 1979.
Elle a produit des diamants naturels aux couleurs incroyables allant du rose au rouge intense.
Entrés dans la légende, ces diamants d’Argyle sont d’une intensité rare, la production de diamants roses ne représente que 0,1 % du total des diamants exploités expliquant ainsi leur rareté.

Diamant Rose Brut
© Rio Tinto

De plus la mine d’Argyle arrive en fin de vie, assurant ainsi une valeur inestimable à certaines de ces pierres.
Après avoir produit environ plus de 860 millions de carats de diamants brut en 41 ans, et produit plus de 90 % des diamants roses, Rio Tinto a annoncé sa fermeture le 3 novembre 2020 dernier.
Soucieux de l’environnement
Rio Tinto ouvre maintenant un nouveau chapitre pour Argyle, celui de la réhabilitation des terres qui durera environ 5 ans pour restituer aux aborigènes ce site lié aux rêves.

Argyle
© Rio Tinto

Pour ceux qui rêve de posséder les mythiques diamants de couleurs, une vente aux enchères
« Diamonds Tender Rose Argyle »est organisée par Rio Tinto chaque année.

Diamants Roses Argyle. 2019 Tender.
© Rio Tinto

Ce sont cinquante à soixante des plus beaux diamants de couleur rose, rouge et violet,
le meilleur de la production de l’année qui sont mis en vente.
La dernière aura lieu en 2021 est proposera donc le meilleur de la production de diamants roses de 2020. Même si la mine est épuisée, les diamants roses de la mine d’Argyle resteront convoités pour les générations à venir, un peu comme le sont les mythiques diamants de Golconde qui sont les plus beaux diamants incolores au monde.

A l’autre extrémité de la Terre, proche du cercle arcticle, au Canada, se situe la mine de diamants de Diavik, son exploitation a débuté en 2003 et devrait durer environs une vingtaine d’années.
Cette mine produit environ 7 millions de carats de diamants brut. 1124 personnes y travaillent et contribuent à révéler certains des diamants les plus beaux et les plus recherchés au monde.

Diavik
© Rio Tinto

Les diamants de Diavik sont de superbes gemmes blanches, produites selon les normes les plus élevées de sécurité et d’intégrité.

Diavik comprend quatre cheminées diamantifères exploitées en combinant une mine à ciel ouvert et une exploitation souterraine. La mine de diamants Diavik est gérée par Rio Tinto et appartient à une coentreprise entre Diavik Diamond Mines (2012) Inc., une filiale en propriété exclusive de Rio Tinto (participation à 60%) et Dominion Diamond Diavik Limited Partnership, une filiale en propriété exclusive de Dominion Diamond Mines (propriété de 40%).

La conception, la construction et l’exploitation de Diavik sont une histoire de succès à grande échelle, en partie parce qu’elle se situe dans l’un des environnements les plus difficiles au monde: la toundra subarctique avec l’un des les écosystèmes les plus délicats.
Rio Tinto s’est engagé à la protéger et à préserver la biodiversité de ce paysage unique.

C’est grâce à l’innovation, aux technologies d’ingénierie et à des partenariats avec les peuples autochtones, que la mine de Diavik produit des diamants les plus éthiques du monde avec un impact minimal sur les terres, l’eau et la faune locales.

Diamant Brut
© Rio Tinto

Prochaine étape les mines de De Beers Group.

naturaldiamondcouncil.com