LE LFG VEILLE SUR LES DIAMANTS

LE LFG VEILLE SUR LES DIAMANTS

On entend beaucoup de choses au sujet des diamants synthétiques, sur leur provenance, leurs poids de plus en plus importants et même jusqu’à leur authenticité. Esprit Joaillerie a souhaité redonner encore plus d’éclat au diamant (naturel) en interrogeant Olivier Segura, le directeur du Laboratoire Français de Gemmologie.

DTS LFG

Qu’est ce qu’un diamant synthétique ?

Le diamant synthétique a les mêmes propriétés physiques, chimiques et optiques que le diamant naturel. En revanche si l’éclat est le même ce n’est pas exactement la même chose. Nous sommes capables au laboratoire de faire la différence, c’est donc bien que ce n’est pas la même chose ! Le réseau cristallin n’est pas exactement constitué de la même manière par l’homme et par la nature. Le diamant (naturel), fait il y a des millions d’années, a de plus subit des modifications géologiques et historiques importantes, qui vont rendre uniques chaque pierre. A la différence des diamants synthétiques qui sont tous identiques et fabriqués industriellement en série, comme des boulons !

© ejcw

© ejcw

Que pensez-vous du diamant synthétique ?

 Le diamant synthétique a certainement sa place dans la bijouterie fantaisie, mais le prix doit rester cohérent. Il ne faut pas confondre la valeur et le prix !
Le diamant synthétique n’a pas de valeur et son prix ne doit pas être indexé sur celui du diamant. Comment imaginer qu’un diamant naturel qui porte l’histoire de la terre, l’histoire géologique, puisse avoir la même valeur qu’un synthétique, qui lui n’a que quelques heures de fabrication. Un exemple, si vous considérez un oeuf de dinosaure, c’est incroyable, c’est une pièce d’histoire qui a des milliers d’années. Et bien notre diamant (naturel), il a des millions d’années, il a existé avant le dinosaure. C’est une matière réellement extraordinaire, je  crois que sur terre il n’y a rien d’aussi ancien. Ce diamant vient de l’endroit le plus profond de la terre, alors cette pierre naturelle procure forcément beaucoup d’émotion.
Ce n’est pas que du carbone cristallisé !

© ejcw

© ejcw

Quel est le positionnement du laboratoire ?

Le LFG ne grade pas les diamants synthétiques, il n’y aura donc pas de rapport provenant de notre laboratoire indiquant la couleur ou la pureté d’un diamant synthétique. Car nous pensons que la gradation des 4C est un système qui a été mis en place sur la base de critères naturels (inclusions, couleur…) et qu’il ne peut donc pas s’appliquer aux synthèses (comme par exemple il ne viendrait à personne l’idée de parler de « sang de pigeon » pour un rubis Verneuil). Toutefois, on délivre bien entendu un rapport de matière synthétique, qui explique qu’il s’agit d’un diamant synthétique, mais la masse n’est pas en carat.

© ejcw

© ejcw

Y-a-t-il plus de diamants de couleurs synthétiques ?

Le diamant synthétique de couleur est plus facile à fabriquer, particulièrement le jaune. Les diamants synthétiques incolores sont dans  la majorité des cas traités pour améliorer leur couleur, car ils ont une légère teinte brunâtre lorsqu’ils sortent des presses. La technique n’est pas encore optimum pour fabriquer des diamants parfaitement incolores, donc ils subissent un traitement supplémentaire.

© ejcw

© ejcw

Un conseil aux gemmologues ?

Un « gemmologue prudent et aguerri » peut arriver à reconnaitre un diamant synthétique d’ancienne génération. Un polariscope peut montrer la déformation du réseau cristallin, idem pour l’utilisation des UV qui peuvent séparer les Types IIA. Pour l’instant les diamants synthétiques ne sont que du Type IIA, cette caractéristique est très rare à l’état naturel. Donc prudence.

DTS LFG

Que peut-on dire du marché français ?

Nous pouvons être rassurés par le marché français, les contrôles sont stricts. Le métier est rigoureux, professionnel car la traçabilité est fondamentale à tous les niveaux de la chaine de fabrication. Les diamantaires sont responsables, c’est leur crédibilité. Le laboratoire garantit une analyse des diamants fiable à 100%.
Il nous arrive de trouver des diamants synthétiques mais c’est rare, ce qui prouve bien que notre marché français est sérieux, responsable.
Mais ce n’est pas la même chose sur les autres marchés, où il faut être extrêmement vigilant.

© ejcw

© ejcw

Merci Olivier pour cette mise au point sur ce sujet d’actualité.

Laboratoire Français de Gemmologie
http://www.laboratoire-francais-gemmologie.fr